Lecture #1 – Deux auteurs pour un projet commun : « Sans elle » d’Amélie Antoine et « Avec elle » de Solène Bakowski

Alors voilà, ce premier article lecture sera dédié à Sans elle, le nouveau livre d’Amélie Antoine à qui l’on doit notamment Fidèle au poste que j’avais, comme beaucoup de lecteurs, énormément aimé et à Avec elle de Solène Bakowski. 

Mais avant de vous donner mon avis sur Sans elle et sur Avec elle, laissez-moi situer un peu ce projet de livre, car oui Sans elle et Avec elle font partie d’un projet commun pensé par les auteurs Amélie Antoine et Solène Bakowski. 

Les auteurs ont en effet décidé à partir d’une situation initiale identique de créer deux histoires différentes. Mais laissez-moi vous en parler plus en détails à travers mes avis. 

Sans elle d’Amélie Antoine

Des histoires traitant de la gémellité j’en ai lues un certain nombre, Le doute de S.K. Tremayne, Comme deux gouttes d’eau de Jacques Expert ou bien encore, Duelle de Barbara Abel. Des histoires qui m’ont énormément plu car elles mettaient en exergue les problèmes auxquels doivent faire parfois face des jumeaux monozygotes qui se ressemblent trait pour trait et qui ont des difficultés à se construire une personnalité qui leur est propre, l’ascendant aussi que peut avoir l’un sur l’autre et qui peuvent parfois conduire à des déviances. 

Les deux romans commencent donc de la même manière. Jessica et Coline sont deux jumelles monozygotes âgées de six ans. Deux blondinettes au visage angélique qui vivent entourées de leurs parents Patricia et Thierry Simoëns à Quesnoy dans le nord de la France.

Dans cette version de l’histoire comme dans celle de Solène Bakowski, les choses vont prendre un tournant à une date précise, le 14 juillet 2004. Nous sommes donc le 14 juillet 2004 jour de fête nationale et les deux fillettes comme beaucoup d’enfants de leur âge veulent assister au feu d’artifice qui doit être tiré dans leur ville à cette occasion. Seulement, voilà, comme beaucoup d’enfants de leur âge aussi, les deux enfants font beaucoup de bêtises et il se trouve qu’aujourd’hui Coline a renversé un parfum auquel sa mère tenait beaucoup. Pour la punir, la mère a décidé que sa fille serait privée de feu d’artifice et qu’elle resterait à la maison avec son père. Alors que Jessica et sa mère attendent que le feu d’artifice commence, la fillette repère un jeune homme qui distribue des bracelets fluorescents et houspille sa mère pour aller le chercher dans l’espoir d’en obtenir un pour elle et un pour sa sœur avant qu’il n’y en ait plus. Mais avant de laisser partir, la mère, constatant que sa fille a les lacets défaits, insiste pour les lui refaire pour ne pas qu’elle ne trébuche et n’aille se faire mal. Alors que Patricia perd de vue Jessica qui était partie chercher les bracelets, la fillette disparaît sans laisser de traces. 

Ce livre parle de gémellité mais il parle aussi de hasard, de destin, chacun ayant sa propre conception de la chose et cet aspect me fait penser à l’excellent livre de Jacques Expert Tu me plais dans lequel il est également question de cela. Un événement aussi anodin puisse-t-il paraître peut-il changer à jamais le cours de nos vies  ? C’est ce qu’ont voulu montrer les deux auteurs avec ces deux départs communs et ces suites on ne peut plus divergentes même si certains événements auront lieu dans des circonstances différentes. 

La tension qui règne dans ce nouveau livre d’Amélie Antoine m’a beaucoup plu comme cela avait été le cas de Fidèle au poste du même auteur. Je me suis laissée porter par cette histoire tragique. Je me suis mise à la place des parents, désormais orphelins d’une de leur petite fille. J’ai souffert avec eux, avec Coline amputée de son alter ego. J’ai ressenti beaucoup de peine pour cette fillette qui, en plus de perdre sa sœur, avait en partie perdu ses parents qui ne pensaient plus qu’à retrouver sa sœur et ne se rendaient pas compte du désarroi dans lequel elle se trouvait. Une double sanction pour une si jeune enfant, une vie bancale, faites de manques qui ne lui permettront pas de se bâtir une existence sereine.

Avec elle n’est en aucune manière un thriller car plus que de s’appesantir sur l’enquête même si celle-ci fait l’objet de nombreux passages, l’auteur a préféré se focaliser sur la vie des protagonistes après la disparition de Jessica, sur la difficulté à se reconstruire après un tel drame, sur les dommages collatéraux, sur le deuil lorsque l’on ne sait pas. 

Certains pourront essayer comme je l’ai fait de faire des conjectures mais le plus important comme je le disais n’est pas de savoir ce qu’il est advenu de Jessica. 

Avec elle de Solène Bakowski

Dans cette version écrite par Solène Bakowski, tout s’est déroulé à l’identique. Coline a été punie pour la bêtise commise un peu plus tôt dans la journée, elle a été privée de feu d’artifice et Patricia Simoëns est partie assister au spectacle avec Jessica. A ceci près que dans cette version, Patricia ne va pas refaire les lacets de Jessica et que Jessica ne va pas disparaître. Seulement voilà, à croire que cette famille ne pouvait espérer une vie heureuse, que quelque soient les chemins empruntés elle devait faire face à une tragédie. Car dans cette version, la famille va petit à petit se disloquer et ce non pas parce qu’une de leur petite fille a disparu et que, rongé par la culpabilité et les non-dits le couple va s’écrouler mais parce que notamment ce soir-là Patricia va faire la rencontre d’un jeune homme rencontré dans des circonstances tragiques dans le monde parallèle imaginé par Amélie Antoine et qu’elle va en tomber amoureuse. 

Les liens entre les deux sœurs ne seront pas idylliques dans cette autre vie parce qu’elles deviendront rivales, que l’une prendre l’ascendant sur l’autre. Les choses se seraient-elle passées de la même manière si Jessica dans la première version n’avait pas disparu  ? 

On assiste encore une fois impuissant à la dégringolade de cette famille escomptant que les choses s’améliorent, que sa vie ne bascule pas comme elle a basculé dans cette vie parallèle mais peut-on échapper au destin  ?   

Je me suis laissée emporter par la plume de l’auteur dont je n’avais jusqu’à présent lu aucun livre. Je ne sais pas si c’est voulu ou non ou si elles se sont simplement bien choisies pour ce projet mais j’ai trouvé que la façon d’écrire des deux auteurs présentait des similarités. J’ai apprécié ce point car  j’avais vraiment l’impression que les deux auteurs ne faisaient qu’un et que ces deux histoires parallèles étaient le fruit de deux auteurs qui s’étaient mis au diapason.

Ici la tragédie ne se dessine pas immédiatement, on la sent tout de même arriver petit à petit, l’auteur le laisse présager sans que l’on ne sache quand les choses vont véritablement basculer. Tout au long du livre l’on demande à quelle tragédie cette famille va devoir faire face, qui va en être la victime directe et quelles seront les victimes collatérales. 

Autant dire que l’auteur maintient un suspense intense tout au long des pages, laissant le lecteur dans l’attente d’une fin dont il sait qu’elle sera terrible. 

Je ne peux que vous inviter à lire ces deux livres de ces deux auteurs qui ont relevé le défi qu’elles s’étaient lancées avec brio.

Avez-vous lu ces livres ? Vous tentent-t-ils ?

Si cela vous intéresse, cliquez ci-dessous. Merci de votre soutien ! (Liens affiliés)

Sans elle
Avec elle

Laisser un commentaire