Côté lecture #12 J’ai dû rêver trop fort de Michel Bussi

Aujourd’hui je voulais vous parler du dernier livre de mon auteur préféré, auteur dont vous devinerez l’identité si vous me suivez depuis longtemps. Roulement de tambour, il s’agit bien évidemment de Michel Bussi et de son dernier livre «  J’ai dû rêver trop fort » paru fin février.

Je vais finir par avoir du mal à donner un classement à ses livres tant ceux-ci sont exceptionnels, je les adore tous bien que « Nymphéas Noirs » est et restera sans doute indétrônable mais celui-ci est un très bon cru que je ne peux que vous conseiller.

Je vous laisse découvrir la quatrième de couverture et vous donne mon avis juste après.

Résumé :

Les plus belles histoires d’amour ne meurent jamais. 

Les plus belles histoires d’amour ne meurent jamais. 
Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente. 
Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu’il n’y a pas de hasard, seulement des rendez-vous ? 
Qui s’évertue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ? 
Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu’on peut remonter le temps ?

Avis :

Les passagers à destination de Montréal sont attendus porte 7 pour un embarquement immédiat.

Dans ce nouveau roman, Michel Bussi nous embarque dans une folle histoire au travers de quatre destinations : Montréal, Los Angeles, Barcelone et Jakarta. Ces quatre destinations successives vont propulser Nathy, le personnage central dans le passé, un passé qu’elle a tenté d’enfouir pour ne pas souffrir. Nous sommes en 1999, lorsque Nathy, jeune mère de famille trentenaire, hôtesse de l’air, fait la rencontre d’Ylian lors d’un vol Paris- Montréal. Les jeunes gens vont tomber éperdument amoureux l’un de l’autre.

Les destinations qui suivent ont été témoins de leur amour et c’est la raison pour laquelle, vingt ans plus tard alors que nous sommes en 2019, Nathy va trouver très troublant que son planning de vol prévoit successivement ces quatre même destinations. Les coïncidences se multiplient. Nathy sombre-t-elle dans la folie ? Est-elle victime d’une machination ?

Moi qui ne suis pas adepte des romances, des livres à l’eau de rose, je dois avouer avoir été happée tant par l’intrigue que par cette histoire d’amour magique. Lors des passages dans lesquels nous retrouvons Nathy et Ylian, j’avais l’impression que les personnages vivaient des moments suspendus, hors du temps. Une histoire émouvante qui a su m’embarquer du début à la fin.

J’ai été happée par l’énigme qui entourait l’histoire d’amour de Nathy et d’Ylian et les coïncidences troublantes qui jalonnaient les voyages de cette dernière. A mesure que nous parcourons les divers pays qui ont vu leur amour inouï naître, le mystère s’épaissit nous donnant une envie irrésistible de tourner les pages presque hors d’haleine pour connaître les rouages de cette histoire.

J’ai adoré me retrouver propulsée via les différentes escales de Nathy dans toutes ces villes avec l’impression de m’y être moi-même rendue, d’avoir foulé les rues que les amoureux ont foulées, d’avoir senti les effluves qui en émanaient. Bref, comme souvent dans ses livres, Michel Bussi aime faire voyager ses lecteurs.

Encore une fois, Michel Bussi m’a bluffée, c’est le moins que l’on puisse dire. Je ne m’attendais aucunement à une telle fin.

Il a su une nouvelle fois concocter pour ses lecteurs une histoire originale mais qui tient parfaitement la route et c’est en cela aussi que j’aime ses livres car l’auteur ne tombe jamais dans le rocambolesque.

Gros coup de cœur pour ce très bon cru que je ne peux que vous conseiller !

Laisser un commentaire